Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 08:55

Vas-y la bell’, va-t’en danser

Pour te trouver un fiancé

Va-t’en croquer dedans la vie

Pour qu’ell’ répond’ à tes envies

 

Fais tournoyer ta petit’ jupe

Pour mener ton troupeau de dupes.

Et montre-nous tes bell’ gambettes

Le désir fou dans tes mirettes.

 

Fais-nous ce soir la femm’ fatale

Celle devant qui on s’étale

La femme qui a les appas

Pour affoler le cœur des gars.

 

Vas-y tournoie dessus la piste

Pour nous montrer à l’improviste

Dessous ta jupe qui s’envole

Ces bouts de chair qui nous affolent.

 

Fais sautiller tes seins du jour

Qui ne sont faits que pour l’amour.

Fais-nous entendr’ ton rire espiègle

En notes clair’ qui nous dérèglent.

 

Vas-y on veut devenir fous

S’imaginer que c’est bien nous

A qui t’offriras tes caresses

Dans une nuit chargée d’ivresse.

 

Fais-nous éclore tes vingt ans

Avec ton corps qui en dansant

Nous fait croir’ que l’on appareille

Pour le royaume des merveilles.

 

Vas-y la bell’, va-t’en danser

Continue à nous affoler

On veut brûler notre jeunesse

Sur le bûcher de tes promesses.

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Chansons Tendresse
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 13:08

Quand deux amoureux
Se couvent des yeux
Au bord de la Seine
Et font retentir
Bécots et soupirs
Sans aucune gêne.

Paris fait courir comme un air de fête
Transformant les quais en coin de guinguette.

Lorsque des amants
Au regard gourmand
Ouvrent la croisée
Après que l’amour
Leur a joué le tour
Des corps attisés.

Paris fait courir comme un air de fête
Transformant les rues en coin de guinguette.

Et quand les oiseaux
Du vieux parc Monceau
Font la symphonie
Pour faire leur cour
Par ce beau discours
En notes fleuries.

Paris fait courir comme un air de fête
Transformant le square en coin de guinguette.

Et si le chaland
En passant devant
Une gigolette
Entend « Viens chéri
Voir le paradis
Dedans ma chambrette. »

Paris fait courir comme un air de fête
Transformant Pigalle en coin de guinguette.

Et quand un amour
Fait plus d’un détour
Au bras de la Seine
Flâneurs et poulbots
Au pont Mirabeau
Contemplent la scène.

Il s’échappe alors comme un air de fête
Transformant Paris en coin de guinguette.

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Chansons Amour
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 08:23

Ninon s’en va trottant, trottant

Porter des œufs et du fromage

En chantonnant

Jusqu’au marché de son village.

 

Sur le chemin la surprenant

S’approche alors de son corsage

Un courtisan

Versé au mieux dans le ramage.

 

Lorsqu’une belle a dix-sept ans

Elle est sensible au babillage

De mots charmants

Plus doux qu’un chant de coquillage.

 

Le soleil se veut caressant

Comme la main du personnage

Entreprenant

Qui fait un lent papillonnage.

 

Elle reçoit ses compliments

Tels des bouquets d’amours-en-cage

Étourdissants

Sans résister à l’abordage.

 

L’amour devient roi triomphant

Quand s’élève un joyeux tapage

Tourbillonnant

Des amants sous le frais feuillage.

 

Parents sachez que votre enfant

Quand l’appétit du badinage

Va s’amplifiant

Doit se garder loin du bocage.

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Chansons Amour
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 09:14

Une laborantine à l’Institut Pasteur

Se donne corps et âme aux devoirs de sa charge

En cherchant nuit et jour en long ou bien en large

Un vaccin épanchant toute peine de cœur.

 

Son regard analyse au fond d’une éprouvette

Ou sous le microscope une larme, un sanglot,

Qu’elle laisse couler pour le triste tableau

De se savoir encore une catherinette.

 

Voilà que de Russie arrive un étudiant

Désirant travailler dans son laboratoire.

Et les voici penchés sur le lacrymatoire

Afin d’y découvrir le subtil ingrédient.

 

Le jeune homme est flatteur, la femme est sous le charme.

La recherche progresse à tâtons, dirait-on !

Quand la blouse s’en vient se frotter au veston

Pour affoler les corps que la passion désarme.

 

Notre laborantine accomplit un effort

Pour ouvrir son savoir à la virologie

En poussant la recherche, avec quelle énergie !

Sur le fringant vit russe apportant réconfort.

 

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Chansons Incorrectes
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 10:32

Il pend de ses doigts fins la Croix d’un chapelet

Oscillant doucement dans la tiédeur berçante.

Si le corps est figé la lèvre est frémissante

Pour émettre sans bruit des mots en ruisselet.

 

Un vitrail ingénu la couvre d’un reflet

Dont la froide couleur en la toile naissante

Fait pâlir son visage, à la vision absente,

Où coulent des sanglots sous le blanc bavolet.

 

Se redresse soudain sa face endolorie

D’où le regard fiévreux se pose sur Marie,

L’implorant d’accorder le pardon et la grâce.

 

Mais le vitrail s’éteint, la femme n’est plus qu’ombre.

Un orage au dehors se répand et croasse

Pour couvrir d’un dais noir l’espérance qui sombre.

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Chansons Spleen
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 08:48

La chapelle, encadrée par un ciel d’azur immaculé, sentait ses vieilles pierres se réchauffer sous un soleil printanier qui diffusait également ses bienfaits aux futures moissons encadrant l’édifice. Ce dernier, de style roman, à la toiture verdie par une mousse centenaire, couronnait un mamelon sur lequel un sentier caillouteux serpentait pour atteindre son minuscule parvis. Suant, peinant, les dévots et les pèlerins gravissaient la pente en s’encourageant par des cantiques. C’était jour de procession. Sur le parvis un groupe précédemment arrivé regardait monter la chenille bruyante et multicolore qui suivait le porte-bannière. Après un dernier effort, les deux groupes finirent par se rejoindre et se fondre l’un dans l’autre pour échanger politesses et quelques bavardages. Le curé de la paroisse, vieillard affable, heureux de voir tant de monde sautait de l’un à l’autre pour déverser des torrents de remerciements et inviter les marcheurs à venir trouver un peu de repos dans la chapelle avant l’office qu’il allait célébrer. Les pèlerins, essoufflés par l’ascension, acceptaient avec plaisir de pénétrer dans le lieu saint afin d’y trouver une fraîcheur réparatrice et un banc pour s’y assoir. Doucement, le vase communicant entre parvis et chapelle s’activa.

C’est alors qu’ils se rencontrèrent. Lui, grand, brun, mince, la trentaine séduisante et elle, gracile, les pommettes roses et des doigts fins de pianiste. Leur croisement de regards provoqua chez chacun d’eux un cataclysme intérieur difficilement contrôlé. Personne ne remarqua quoi que ce soit. Elle sentit les battements de son cœur s’accélérer et presque instinctivement elle porta la main à son niveau comme pour tenter de l’apaiser. Au même instant, il ressentit des serres de rapaces se refermer sur le sien et abaissa lentement les paupières sous l’effet du choc. En les rouvrant, son regard replongea dans le torrent bleu qui baignait les yeux posés sur lui. Autour d’eux le monde était devenu cotonneux, le brouhaha qui, il y a deux secondes encore couvrait les chants d’oiseaux, n’était plus qu’un son étouffé. Une bulle imperceptible venait de les envelopper dans un silence reposant. D’un regard à l’autre, une balancelle invisible voguait pour transporter de troublants sentiments faisant frémir leurs épidermes. Ils ne firent aucun geste l’un envers l’autre, ils demeuraient statufiés par cette onde tout autant bienfaitrice que ravageuse. Elle nota le léger frémissement de ses ailes de nez, il remarqua la couleur pourpre qui prenait possession de ses joues rebondies. Elle vit ses lèvres tressaillir sans savoir si c’était sous l’effet d’une émotion ou pour lancer au ciel un vœu. Il découvrit le léger tremblement agitant ses doigts si fins qu’elle ne put contrôler qu’en joignant les mains. Les pèlerins, comme dans un décor féérique, semblaient se mouvoir au ralenti. Le vieux curé, coiffé de sa barrette, n’était plus qu’une tache noire dansant dans la lumière argentée irradiant un fond de scène. Le temps faisait la pause et chaque parcelle de seconde leur semblât s’étirer comme un long ruban de nuages d’automne figés dans le ciel. Le printemps jouait sur eux de tous ses artifices et les irradiait de sa grâce généreuse. Aucune parole ne fut échangée, seul le chant d’un rossignol leur fut perceptible et les notes clairs qu’il contenait étaient porteuses de toutes les épithètes qu’ils auraient pu s’échanger. Le parvis se vidait et ils ne furent plus que quelques-uns à rester sous les rayons tièdes d’un soleil toujours aussi généreux. Pour eux deux, la chaleur envahissait bien leurs êtres mais provenait en grande partie d’un feu intérieur qui les consumait en silence. Á peine trois secondes venaient de s’écouler du sablier depuis leur premier échange de regards.

Positionnant ses bras à l’horizontale, comme un Christ en Croix, le curé fit se rapprocher les derniers paroissiens de l’entrée de la chapelle et c’est quand le vieil homme les effleura qu’ils revinrent dans ce monde si douloureux. Le curé disparut ensuite dans la bouche béante et noire de la chapelle accompagné par quelques pèlerins. Á cet instant le ciel d’un bleu pur, comme pour faire savoir qu’il avait pris connaissance de cette rencontre inattendue, laissa apparaître subitement un éclair argenté accompagné d’un grondement grave et bref.

Alors, retrouvant le vieux réflexe de la société séculière qu’il avait quittée, le père Daniel, par courtoisie, invita sœur Anne-Marie à le précéder dans la chapelle.

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Nouvelles
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 07:31

Le présent texte m'a été inspiré à la suite de la lecture d'un article écrit par Alfred de Musset. Je suis loin d'égaler le poète, mais j'ai cherché à reproduire le principe de la joute oratoire.

 

 

Daniel Martin avait décidé de profiter de ce soleil printanier qui se maintenait en ce début d’automne pour se dégourdir les jambes sur la voie piétonnière du centre-ville. Il était le directeur de la Banque du Crédit et de l’Encaissement ce qui, à ses yeux, lui permettait d’avoir, avec ce qu’il appelait du bout des lèvres « le menu peuple », une attitude largement condescendante. A tel point qu’il en était devenu poisseux de fatuité. Menton levé il toisait les commerçants, dont la plupart lui sont redevables d’un crédit, et répondait à leur salut révérencieux par un abaissement lent et simultané des deux paupières. Et, invariablement, à chaque relèvement de ces dernières, son regard avait déjà quitté le débiteur pour bien lui signifier que son importance n’excédait pas un battement de cils. Martin se sentait indispensable dans cette petite ville. Aucune réalisation importante ne se faisait sans que tôt ou tard le dossier financier transite par son bureau. A chaque fois c’était le même sentiment de puissance qui l’envahissait quand, avec lenteur, il faisait basculer la couverture du dossier pour profiter pleinement de cet instant jubilatoire. En cet après-midi, isolé dans sa suffisance du brouhaha de la foule, il ressentit l’extase de se savoir important jusqu’au moment où son regard se posa sur un chaland venant dans sa direction, et là, sa bulle se creva et ses pieds ressentirent la dureté de l’asphalte. Son ennemi, la seule personne à sa connaissance qui osait lui résister, le contredire, l’apostropher sans vergogne et le dévaluer par ses propos s’approchait à grands pas. Il s’agissait de Raymond Lebrun, accessoirement responsable de l’agence des pompes funèbres, et principalement son beau-frère puisque sa sœur avait eu l’indélicatesse de tomber amoureuse de ce foutriquet, jetant ainsi l’opprobre sur la lignée des Martin. L’organisateur en funérailles était un jeune homme jovial, disert dans ses relations et très apprécié pour son tact et son dévouement. Néanmoins, son beau-frère, ayant jugé que le choix de sa cadette créait une mésalliance préjudiciable au renom des Martin, avait vertement tancé les tourtereaux, ce qui lui avait valu une réplique cinglante du nouveau venu à laquelle, à son grand dam, sa sœur avait apporté sa contribution. Daniel ralentit sa marche et tenta de se faufiler entre des passants mais son beau-frère l’avait repéré et se dirigea sur lui. La rencontre était inévitable. Les deux hommes stoppèrent à quelque distance l’un de l’autre et se toisèrent du regard avant que Martin ne brise le silence par un trait se voulant dominateur.

« Mais ! Ne voilà-t-il pas mon charmant beau-frère. Comment te portes-tu embaumeur au formol ? »

« Très bien, mon cher beau-frère, joyeux Thénardier d’officine de frais bancaires. »

« N’es-tu point à ce jour occupé dans ton agence de voyages pour trépassé ? » Questionna le banquier, moqueur.

« Que nenni, adorable agioteur, je vaque à la prospérité de mes affaires. »

« Ah oui ! J’ai ouï dire que tu as l’intention d’agrandir ton dépôt de bières et sarcophages. Est-ce vrai, funèbre fleuriste ? »

« C’est exact, mon cher dévaliseur de livret A, j’agrandis mon exploitation. »

Cette annonce officielle sembla embarrasser le financier.

« Mais, irremplaçable repasseur de suaire, pour exécuter l’agrandissement de ton échoppe, où l’on meurt d’ennui, aurais-tu eu l’audace de vouloir le faire aux frais de la dot détenue par ma sœur ? »

« Je reconnais bien là, ton unique et éternelle préoccupation, celle financière, qui te fait demander des nouvelles sur la dot avant celles sur la santé de ta sœur, ô boursicoteur sur titres de châteaux espagnols. »

Le trait toucha la cible au point qu’une crispation rapide apparut sur sa joue droite.

« Mais, je tiens à te rassurer, dispendieux écornifleur pour petits porteurs, le capital monétaire de ma chère épouse n’a en rien été entamé dans cette affaire. »

« Se pourrait-il que tu disposasses de tant de liquidités, émérite conducteur à tombeau ouvert ? »

Raymond prit le temps de plaquer le plus beau sourire qu’il put avant de répondre.

« Manifestement non, habile racleur de dépôts à vue, mais n’est-il pas des agences spécialisées dans ce genre de besoin en prêtant monnaie sonnante et trébuchante ? »

« Tu vas donc avoir l’impudence de déposer une telle demande à ma Banque du Dépôt et de l’Encaissement, vénérable fossoyeur ? »

« Oh que non ! Pourvoyeur d’huissiers, jamais je ne me risquerai à faire le moindre dépôt, fût-il papier, dans ton repaire à spéculateurs avides. »

« Dois-je en conclure, mystificateur en momification, que tu t’adresses à la concurrence ? »

« Si fait ! Royal détrousseur de bas de laine, l’agence de Prêts au Développement va y contribuer, et avec un taux qui te ferait rouler par terre en pleurant des liquidités, divin courtier en placements panaméens. »

Cette révélation ébranla de nouveau le banquier qui sentit son monopole s’effriter.

« Ainsi, tu ne fais aucune confiance à ta famille, misérable bailleur de catacombes, tu l’as reléguée déjà sous une de tes pierres tombales ! »

Le responsable des pompes-funèbres buvait du petit lait en constatant l’effort que produisait son beau-frère pour contenir sa colère qu’il ne pouvait se permettre de laisser exploser en pleine rue.

« Mais, mon cher empereur en frais de découvert, la famille n’est-ce pas parfois des amis qui ne furent point choisis ? Alors, au nom de cette branchette familiale que tu avais coupée et qui vient de repousser tout autant subitement que mystérieusement, serais-je dans l’obligation de passer par ton comptoir de vente d’emprunts russes ? Et bien que tu sois banquier, tu me vois fort étonné que je puisse représenter pour toi, si j’ose dire, quelque intérêt. A moins que ton aversion pour ma personne, ton mépris pour ta sœur, soient, comme la plupart de tes prêts, victimes de l’usure ! »

La tirade à la fin de l’envoi toucha profondément le financier dont le teint tournait au cramoisi. Sa mâchoire, crispée à l’extrême semblait prête à se désintégrer. Cependant, du fait de la présence de nombreux promeneurs et curieux qui s’étaient arrêtés pour assister à la joute verbale, Martin finit par peindre un semblant de sourire sur sa face.

« Pour ma famille que je chéris, quoi que tu en dises, ridicule pagayeur du Styx, je sais fournir la meilleure aide possible, même lorsqu’elle n’est pas méritée. La ville entière pourrait en témoigner. »

« Voici une parole qui t’honore, cher usurier sans scrupule. Malheureusement pour ta générosité naissante et par la même balbutiante, je ferai appel à l’établissement rival du tien. Le commerce, même celui de l’argent, ne s’épanouit-il pas dans le terreau d’une saine concurrence ? »

Martin ne sut contenir la colère qui bouillait en lui.

« Ah ! Immonde croque-mort ! Tu vas nourrir des étrangers et laisser ta propre famille dans l’abandon au risque de la verser dans ta clientèle. Sache que cet acte ne sera jamais effacé de ma mémoire et que je te montrerai qui est en vérité le meilleur de nous deux. J’en prends cette foule à témoin. »

« Mais … Mais … Mon dévoué beau-frère, escamoteur de tirelires enfantines et spéculateur sur la misère humaine, je reconnais dès l’instant ta supériorité dans l’altruisme, et je m’engage, devant cette foule, et à mes frais, dès que le moment se présentera, de procéder à ton couronnement … mortuaire ! »

La foule s’esclaffa, le banquier fit une tête d’enterrement et les deux beaux-frères restèrent fâchés.

 

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Histoires courtes
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 05:41

Pour ceux qui ont un peu de voix, vous pouvez chanter le texte suivant sur l'air de "Il suffirait de presque rien", de Serge Reggiani.

 

Elle a passé la quarantaine

Mais laisse prise à des fredaines

Qui viennent d’un garçon troublant.

La vie lui offre cette aubaine

De vivre une passion soudaine

Avec un jeune de vingt ans.

 

Dans ses jours qu’étaient monotones

Arrive cet amour d’automne

Comme un oiseau de paradis.

Elle sait que son cœur braconne

Pour que sa vie enfin bourgeonne

En repoussant les interdits.

 

Vivons notre amour volontaire

De cheveux blonds, de cheveux gris,

Sans s’occuper vraiment de tous ces commentaires

Des bien-pensants et des aigris.

 

Elle pardonne l’impatience

Que trahit toute l’insouciance

Des attitudes à son endroit.

Et lui garde sa bienveillance

La nuit où son inexpérience

Révèle un amant maladroit.

 

Elle ne veut pas de prouesses

Mais seulement de la tendresse

Et quelques gestes délicats.

Ne pas accepter des promesses

Faisant croire que sa jeunesse

Est de retour avec fracas.

 

Refrain

 

Elle voyage à l’aventure

Sachant que seule la rupture

Sera la fin de l’illusion

Et qu’aucun fard ni les parures

Ne lui garderont sa capture

Qui cherchera une évasion.

 

Dans son destin qui lui échappe

Elle vit sa dernière étape

Sur le chemin de ses amours.

Avant que les années l’attrapent

Elle veut qu’un rêve se drape

Dans un souvenir de velours.

 

 

Refrain

 

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Chansons Amour
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 05:05

Voici une Nouvelle qui a été primée (1° prix) au concours de Chablis dans l'Yonne.

 

Tout avait commencé ce matin. Un matin qui m’avait semblé au départ bien ordinaire, un matin de printemps où j’allai dans le jardin respirer les senteurs montant des massifs tout en observant la valse des abeilles d’étamine en étamine. Le soleil baignait généreusement chaque plante de son arrosoir à rayons invisibles. La journée ne me semblait pas différente des autres jusqu’à l’instant où mon ouïe fut mise en alerte par un chant couvrant le bourdonnement des insectes. L’air mélodieux provenait de derrière la haute haie me séparant de la maison voisine inhabitée depuis plusieurs années. Ma curiosité fut immédiatement piquée et sans faire de bruit je m’approchai de la végétation tout en prenant soin de ne pas me faire remarquer en jetant un œil entre deux branches feuillues. Ma découverte me provoqua une véritable onde de choc, je sentis mes genoux tressaillir et un léger étourdissement m’envahir. Elle était là dans une robe colorée à manches courtes laissant évoluer deux bras d’un blanc d’ivoire au bout desquels des doigts papillons composaient gracieusement un bouquet de fleurs qu’elle prélevait dans un massif. Sa tête, surmontée d’un chapeau de paille à large bord, laissait retomber une pluie d’or se terminant par des volutes dansant au moindre mouvement. Son timbre n’était que douceur qui m’enveloppa dans un nuage cotonneux. Son visage, qui se présentait de profil, laissait voir un petit nez arrondi et deux magnifiques framboises d’où sortait le chant envoutant. Mais, c’est quand elle fit ce quart de tour et que je découvris les deux océans baignant ses yeux, que je ressentis cette cruelle, mais ô combien bienfaisante, douleur. Après quelques minutes d’observation qui avaient provoqué chez moi un véritable chamboulement, je décidai de rentrer pour ne point me faire surprendre dans cette position équivoque de voyeur. J’allai dans ma chambre et, assis sur le lit, je réfléchis au moyen le plus approprié pour faire connaissance avec cette nouvelle voisine si fascinante.

Je me dis qu’il ne s’agissait pas de rater son entrée pour passer pour un lourdaud ou bien un grossier personnage. Il fallait y mettre tact et distinction. Alors comment faire ? Aller sonner chez-elle ? Mais quelle raison invoquerais-je pour venir l’importuner ? Non, ce n’est pas la bonne solution. Attendre son apparition dans la rue et sortir de la maison au même instant ? Je risque d’attendre je ne sais combien de temps. Non, non, il faut quelque chose de plus sûr. Et si j’écartais les branches de la haie et que je lui dise simplement « bonjour », ce ne serait pas mal comme approche. Oui, mais le « bonjour » comment le dire ? Un simple « bonjour » tout ce qu’il y a de plus banal peut me faire passer pour un n’importe qui, alors qu’il s’agit justement de me mettre en valeur par une originalité qu’elle remarquera. Alors le « bonjour » appuyé, avec un prolongement dans le « our » pour apporter un peu de jovialité dans la voix. Non, elle va me prendre pour un comique et me rire au nez. Ou alors le style décontracté, un simple « jour’ », c’est sympathique et cela crée de suite une sorte de complicité. Non, si elle n’apprécie pas le côté familier elle va me poser ses deux océans dans le fond des yeux et je vais instantanément m’y noyer. Ou bien je peux tenter le « salut ». C’est gai, jovial, direct, mais quand même encore un peu familier. De toute manière je n’ai pas d’autre choix qu’un texte à deux syllabes, en dire davantage tout en posant mon regard dans le sien me semble impossible, je vais bafouiller et alors là ce serait une horrible catastrophe. Je ne peux pas non plus écarter la haie et me tenir immobile en attendant qu’elle finisse par me découvrir, c’est un coup à passer pour l’idiot du village !

Non, il me faut un simple mot de deux syllabes pour briser la glace et ensuite je prendrai de l’assurance, cela ira mieux. Mais quel mot ? « Hello » ? Non, trop prétentieux. Et si je disais tout simplement : « coucou » ? C’est bien « coucou ». Deux syllabes identiques, pas difficiles à prononcer et se prêtant parfaitement à ma manière d’apparaître en écartant la haie. De plus cela fait champêtre par le nom d’oiseau tout en se prêtant au simulacre de jeu. J’optai pour cette tactique qui me sembla raisonnable et tout à fait appropriée. Je bondis hors de ma chambre pour me rendre dans la salle de bain où j’empoignai le peigne que je passai sous le robinet d’eau froide. Je pris soin de me dessiner une raie impeccable et de rabattre sur le dessus du crâne cette mèche qui s’évertuait continuellement à me retomber sur l’œil droit en me donnant un air de rêveur. Après avoir examiné bien scrupuleusement le résultat dans le miroir et en être satisfait, je partis en direction du jardin.

A pas de loup je m’approchai de la haie pour vérifier si ma voisine était toujours présente au milieu de ses fleurs. Elle était là, bien que silencieuse et occupée à mettre en forme son bouquet sur une vieille table de jardin. L’absence de chant me privait de sa mélodieuse voix mais facilitait mon entreprise en m’évitant de devoir lancer mon mot de contact à pleine gorge, ce qui aurait certainement produit le plus mauvais effet. J’avançai de quelques pas pour me fondre dans le feuillage et j’empoignai doucement à pleines mains les ramures disposées devant moi. Je pris le temps de respirer à pleins poumons, bouche ouverte pour ramener mes battements de cœur à la normale. Puis, d’un coup, je fis se courber les branches pour bien apparaître tout en lançant un courageux « coucou » d’une voix maîtrisée. À l’annonce, la belle fit volte-face et me découvrit. Elle façonna un magnifique sourire sur sa figure angélique et je sentis son regard d’un bleu étourdissant se poser sur mon humble personne. J’entendis également une voix forte derrière-moi qui effondra mon édifice, qui fit porter à ma voisine sa main devant la bouche pour tenter de cacher le rire moqueur cristallin qui en sortait et fit disparaître son regard océan quand ses yeux se plissèrent sous l’effet du fou-rire. Je fus irrémédiablement perdu et plus rien ne pourra reconstituer ce que quelques mots venaient de détruire. La phrase qui fut prononcée derrière-moi ne cessait de résonner dans ma tête : « Mon petit bichon, va te laver les mains, nous passons à table ».

« Mon petit bichon ! » Ce surnom enfantin venait de me crucifier devant la voisine en laquelle j’avais fondé tant d’espoir. J’ai neuf ans et demi et ma mère a fichu ma vie en l’air !

 

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Nouvelles
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 06:01

Quand deux amoureux

Se couvent des yeux

Au bord de la Seine

Et font retentir

Bécots et soupirs

Sans aucune gêne.

 

Paris fait courir comme un air de fête

Transformant les quais en coin de guinguette.

 

Lorsque des amants

Au regard gourmand

Ouvrent la croisée

Après que l’amour

Leur a joué le tour

Des corps attisés.

 

Paris fait courir comme un air de fête

Transformant les rues en coin de guinguette.

 

Et quand les oiseaux

Du vieux parc Monceau

Font la symphonie

Pour faire leur cour

Par ce beau discours

En notes fleuries.

 

Paris fait courir comme un air de fête

Transformant le square en coin de guinguette.

 

Et si le chaland

En passant devant

Une gigolette

Entend « Viens chéri

Voir le paradis

Dedans ma chambrette. »

 

Paris fait courir comme un air de fête

Transformant Pigalle en coin de guinguette.

 

Et quand un amour

Fait plus d’un détour

Au bras de la Seine

Flâneurs et poulbots

Au pont Mirabeau

Contemplent la scène.

 

Il s’échappe alors comme un air de fête

Transformant Paris en coin de guinguette.

 

Repost 0
Published by Patrick Duchez - dans Chansons Nostalgie
commenter cet article

Bienvenue

Avis

Je cherche un chanteur-compositeur intéressé par mes textes.

Faire propositions par e-mail (adresse en bas de page).

 

©Tous droits réservés. Toute utilisation et toute forme de reproduction est interdite sauf autorisation écrite de l’auteur.

 

 

 

Petite annonce

Je viens de créer une nouvelle rubrique

" Vente directe "

pour présenter mes ouvrages.

Cliquez sur le livre de votre choix et vous trouverez un descriptif et les conditions de vente.

ANNUAIRE-59 Annuaire-Site-And-Blog-Avesnois

Produits Frais

Pages